JURIBLOGSPHERE

Le Blog Juridique au Service de la Communauté des Internautes

« Quand le droit d’auteur tourne mal » est une vidéo du mouvement « Consumers International » réalisée par Ben Cato Clough and Luke Upchurch.

Cette vidéo illustre de quelle manière le droit d’auteur est devenu l’une des questions de consommation les plus importantes de l’ère numérique.

Le court-métrage met en vedette certains des principaux acteurs du débat sur le sujet, comme Fred Von Lohmann de l’Electronic Frontier Foundation, le professeur Michael Geist de la faculté de droit de l’Université d’Ottawa, Jim Killock de l’Open Rights Group, et Hank Shocklee, co-fondateur du groupe Public Enemy.

A propos de ce court-métrage, je vous livre ce qu’en dit l’un des réalisateurs :

« Notre objectif est de donner aux consommateurs – et à quiconque s’intéresse à l’impact du droit d’auteur sur les consommateurs – les éléments de base du plus controversé des débats.

Le film pointe la raison pour laquelle le droit d’auteur est une question de consommation, comment l’industrie du contenu grand public diabolise le comportement des consommateurs, et pour l’avenir le chemin que pourrait emprunter la campagne pour un droit d’auteur plus juste.

La préparation de ce film a été révélatrice.

Les tensions autour du rôle des consommateurs dans ce débat sont apparues assez rapidement, certains experts nous avertissant que nous donnions l’impression d’être des « pro-piratage » et d’autres que nous étions trop conciliants à l’égard de l’industrie.

Une chose était cependant claire : le rôle actif des groupes de consommateurs est crucial si tant est que les consommateurs soient équitablement représentés dans ce processus.

Comme un critique du statu quo me l’a dit dans le film « nous ne sommes pas contre le droit d’auteur, nous voulons juste un meilleur modèle ».

En effet, comme le sous entend le titre « Quand le droit d’auteur tourne mal », le droit d’auteur peut être bon.

Le droit d’auteur qui fonctionne bien peut, en même temps, rémunérer les créateurs de contenus et fournir un accès équitable au public.

Ce court métrage introduit l’idée que cet équilibre se perd, et met en lumière certaines nouvelles approches du contenu créatif.

Comme suggéré dans le film, des choses comme la culture du remix, les applications composites, le fan art et les licences Creative Commons changent la façon dont nous interagissons avec les contenus créatifs.

Comme Hank Shocklee de Public Enemy m’a expliqué, même les définitions de consommateur et de producteur sont maintenant floues.

Le débat sur le droit d’auteur est à peu près aussi polarisé que ce que le droit d’auteur produit lui-même.

A une extrémité, il y a une industrie avec sa tête dans le sable et à l’autre des appels à la quasi anarchie.

Une chose est sûre cependant, le modèle économique analogique qui sert les gardiens du contenu verrouillé et qui restreint artificiellement l’accès du consommateur a besoin d’être renégocié dans ce nouveau monde numérique.

« Quand le droit d’auteur tourne mal » est une première pierre à cette renégociation et je l’espère, un appel à un débat de bon sens sur la finalité et la pratique du droit d’auteur ».

Des propos que devraient méditer nos hommes politiques français ?

Publié par Jack D Le 21 - avril - 2010 Propriété intellectuelle/NTIC

6 Réponses à “Quand le droit d’auteur tourne mal…”

  1. Jackdjbs sur Blogasty dit :

    Retrouvez cet article sur Blogasty…

    Vous aimez cet article? Votez pour lui sur Blogasty…

  2. uberVU - social comments dit :

    Social comments and analytics for this post…

    This post was mentioned on Twitter by Juriblogsphere: Quand le droit d’auteur tourne mal… http://bit.ly/9izlDH #copyright #droit_auteur…

  3. Une vidéo très intéressante sur la problématique des droits d’auteur | Encre de Lune dit :

    […] Une vidéo très intéressante sur la problématique des droits d’auteur mardi 27 avril 2010 à 14:51    Topics: Législation Mots-clefs :droits d'auteur, video No Comment Je n’aime pas le piratage (ou la contrefaçon, pour employer le terme juridique exact, comme on me l’a fait remarqué très justement un jour), j’aime encore moins certaines des méthodes employées pour lutter contre. Et j’apprécie beaucoup cette vidéo, qui présente de façon équilibrée les deux points de vue, trouvée dans sur juriblogosphere […]

  4. Jack D dit :

    Merci Encre de Lune pour ce commentaire. Je suis allé voir votre site. D’accord avec vous s’agissant de l’équilibre, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle j’ai choisi de consacrer un de mes billets à cette vidéo. Cordialement.

  5. Jack D dit :

    Merci pour votre commentaire. Cordialement.

  6. Gérard Cadieux dit :

    La pire chose qui peut arriver à un philosophe c’est :

    Qu’un professeur de philosophie médiocre (Pierre Rochette) dénature sa philosophie sur le rêve pour se partir une « gagne ».

    Je ne pensais pas vivre cela de mon vivant!

    Pierre Rochette a bénéficié d’un accès privilégié à mon processus de création. Il aurait pu faire le choix de faire le bien, en le fessant bien! Il a plutôt choisi la facilité de la tricherie malgré les enseignements que je lui ai donnés.

    Moi, Gérard Cadieux créateur de la philosophie du Wow et auteur du livre  » Le Prince a réussi » tiens à me dissocier des activités de « Rêveur équitable » et de ses exploitants.

    Le tout étant fait sans mon consentement.

    Puisse le fatum rattraper les tricheurs et tenir loin de vous les tueurs de rêves! Wow-T=G3 (wow moins la tricherie égale le génie au cube)

    Gérard Cadieux

    Créateur de la philosophie du Wow décrite dans le livre « Le prince a réussi »

    Est-ce que le « numérique » facilitera les impostures ?

Laisser une réponse

Souscrire ici