JURIBLOGSPHERE

Le Blog Juridique au Service de la Communauté des Internautes

Qapa.fr, la plateforme de mise en relation dédiée à l’emploi lance un blog uniquement destiné aux candidats et aux recruteurs des secteurs du droit et du juridique.

Le blog Emploi Droit – Juridique au service des candidats et des recruteurs des secteurs du droit et du juridique

Tout comme pour les blogs régionaux, ce site donne accès gratuitement aux demandeurs d’emploi et aux recruteurs, à toutes les informations qui concernent leur domaine d’activité.

« Nous faisons un travail considérable de veille et d’agrégation de toutes les informations, contenus, chiffres, actualités qui concernent tous les secteurs de l’emploi. Il aurait été dommage de ne pas en faire bénéficier les principaux intéressés en analysant la pertinence de cette masse d’informations et en leur fournissant les résultats de manière construite », affirme Stéphanie Delestre, fondatrice de « Qapa.fr ».

Des contenus exclusifs sont proposés ainsi que l’agrégation de toutes les informations disponibles sur le web se rapportant à la thématique de leur secteur :

– Toutes les actualités emploi du secteur,

– Les offres d’emploi spécifiques au domaine d’activité,

– Les options de commentaires, d’échanges et de communication sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, etc…

– Des fiches pratiques,

– etc…

La mise en relation gratuite et immédiate des candidats et des recruteurs

En plus des informations divulguées sur les blogs, les candidats ont la possibilité de découvrir toutes les offres d’emploi qui concernent leur activité.

Ces offres d’emploi sont organisées pour que le candidat puisse voir en un clin d’œil si le poste lui correspond ou non grâce à l’algorithme de Qapa visualisable sous la forme d’un pourcentage de « matching ».

Grâce à ce pourcentage, le candidat et le recruteur savent automatiquement si leurs attentes s’accordent.

Toutes les offres d’emploi par secteurs d’activité

Ces offres par secteurs d’activité peuvent être consultées en suivant ce lien.

Qapa.fr : Le « matching » des offres d’emploi et des demandes

Le site « Qapa.fr » compte aujourd’hui plus de 80 000 candidats et plus de 55 000 offres d’emploi.

Tout est gratuit : le dépôt d’annonce d’emploi, la consultation des profils de candidats matchés, etc…

Pour le candidat, plus besoin de CV ni de lettre de motivation.

Le candidat qui recherche un poste sur « Qapa.fr » voit s’afficher automatiquement les compétences qui correspondent à ce travail.

Il lui suffit de cocher les compétences qu’il possède.

Cet affichage lui permet de bien choisir toutes les aptitudes qui sont liées à son métier sans en oublier aucune.

Il enregistre également des données élémentaires mais qui n’apparaissent jamais sur un CV classique comme la distance entre son domicile et le lieu de travail, la flexibilité horaire, la disponibilité et le salaire.

Comment ça marche ?

Pour le candidat :

1. Inscription et constitution d’un profil de compétences et de savoir-faire ;

2. Le « matching » automatisé et la recherche avec toutes les offres d’emploi ;

3. L’accès à un tableau de bord de statistiques sur son activité ;

4. La création d’alertes sur les nouvelles offres.

Pour le recruteur :

1. Le dépôt gratuit d’offres d’emploi ;

2. La sélection de candidats adaptés aux offres postées et un comparateur de candidats ;

3. L’accès aux profils détaillés des candidats suggérés ;

4. L’accès à des statistiques liées à son secteur d’activité et ses besoins de recrutement.

Partager/Mettre dans vos favoris

Publié par Jack D Le 7 - mars - 2012 Communiqués

Il y a quelques temps, le sénateur Masson avait créé la polémique avec sa proposition de loi tendant à faciliter l’identification des éditeurs de sites de communication en ligne.

Sur la question de l’anonymat sur internet – contenue, notamment, dans cette proposition de loi Masson – l’administration vient de faire connaître sa position.

L’obligation de déclarer sa véritable identité sur Internet serait inopportune

Aux yeux de l’administration, l’obligation de déclarer sa véritable identité sur Internet serait inopportune car elle entrerait en conflit avec rien de moins que… la liberté d’expression.

Elle prend, toutefois, soin de préciser d’une part que cette liberté d’expression doit s’exercer dans le cadre des lois en vigueur et d’autre part que l’auteur des écrits reste responsable des contenus qu’il publie.

Concrètement, par exemple, un blogueur n’osera plus donner son avis sur la politique de son entreprise ou sur celle du gouvernement, surtout s’il est fonctionnaire.

En outre, une telle obligation méconnaîtrait le fait que l’anonymat ou le pseudonymat sont deux des pratiques permettant la protection de la vie privée sur Internet.

En dehors des situations où l’emploi de sa véritable identité est indispensable, notamment, pour accéder à ses dossiers personnels, il est toujours déconseillé d’utiliser son vrai nom sur « la toile ».

L’obligation de déclarer sa véritable identité sur Internet serait inefficace

Pour l’administration, l’obligation de déclarer sa véritable identité sur Internet serait également inefficace car la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique fait déjà obligation aux prestataires de service en ligne de conserver l’identité des contributeurs, afin de permettre de faire, éventuellement, jouer la responsabilité de ces contributeurs.

Dans la pratique, certains internautes ouvrent des comptes sur des sites contributifs sous des identités d’emprunt de sorte qu’en cas d’abus de leur liberté d’expression, une enquête sera nécessaire, à partir de l’adresse IP de l’ordinateur utilisé, pour rechercher l’identité de l’auteur des contenus en cause.

Obliger les internautes à publier leur identité ne les empêcherait pas de mentir s’ils le souhaitent, sauf à contraindre chaque internaute à détenir et à utiliser systématiquement des outils de preuve d’identité, comme s’apprête à le faire la Chine.

La loi pour la confiance dans l’économie numérique fait, par ailleurs, obligation au prestataire de service Internet de supprimer les contenus qui lui sont signalés comme illégaux : même si la recherche de l’auteur de l’infraction s’avérait infructueuse, par cette voie, il pourra être mis un terme aux abus.

L’obligation de déclarer sa véritable identité sur Internet constituerait une mauvaise solution au problème de la diffamation via le réseau

Toujours selon l’administration, l’obligation de déclarer sa véritable identité sur Internet constituerait, enfin, une mauvaise solution au problème de la diffamation en ligne, qui réside en fait dans la durée de prescription.

Cette durée de prescription est, comme pour les articles de presse, de trois mois à compter de la mise en ligne, mais tandis qu’au bout de trois mois, un article sur papier a disparu des kiosques, sur Internet il reste indéfiniment.

C’est là tout le débat sur la nécessité d’une prise en compte différenciée de la prescription pour les diffamations sur le réseau.

Ce débat, qui avait eu lieu au Parlement à l’occasion du vote de la loi pour la confiance dans l’économie numérique, avait abouti au maintien de la durée de trois mois.

(Rép. min. Wojciechowski, n° 81344, JO AN 20 juillet 2010).

Publié par Jack D Le 24 - juillet - 2010 Actualité Propriété intellectuelle/NTIC

Le sénateur Jean-Louis Masson peut se vanter d’avoir fait le buzz sur Internet ces derniers jours, notamment sur Twitter, avec sa proposition de loi tendant à faciliter l’identification des éditeurs de sites de communication en ligne et en particulier des blogueurs professionnels et non professionnels.

Selon le site « PC Inpact », ce sénateur est un récidiviste de l’encadrement du web.

Il est le valeureux chevalier toujours prêt à pourfendre la trop grande liberté qui règne sur Internet : c’est lui qui voulait soumettre à la redevance audiovisuelle, ceux qui regardent la télévision sur leur ordinateur, c’est encore lui qui voulait élargir la responsabilité pénale de tous les intervenants (hébergeur du site, responsable du site, auteur des allégations diffamatoires)…

Aujourd’hui, il veut « mieux protéger les éventuelles victimes de propos inexacts, mensongers ou diffamatoires qui sont de plus en plus souvent colportés sur la toile » et, à ses dires, par une nouvelle espèce qui s’est développée de manière exponentielle, celle des non professionnels blogueurs et éditeurs de sites Internet.

Bien que ces personnes malfaisantes soient déjà pénalement et civilement responsables de leurs propos et de l’ensemble des éléments qu’ils éditent, naturellement ceci n’est pas suffisant et, « face aux nouveaux défis d’Internet », il convient, dés que possible, de les contraindre à mettre à disposition du public :

leur nom,

leur prénoms,

leur domicile,

leur numéro de téléphone,

leur adresse électronique.

Tableau de présentation des modifications introduites à l’article 6 III de la loi du 21 juin 2004 par la proposition de loi tendant à faciliter l’identification des éditeurs de sites de communication en ligne

Et pourquoi pas leurs date et lieu de naissance, leur nationalité, leur situation familiale, leur numéro de sécurité sociale ?

A l’heure du conseil donné à chaque internaute d’être extrêmement vigilant quant à la divulgation de ses données personnelles, ce texte est-il vraiment opportun ?

Le blogueur qui réside dans un petit village dans lequel il est connu, va t’il pouvoir continuer à s’exprimer sans craindre de possibles conséquences fâcheuses du fait d’éventuelles positions divergentes par rapport à la communauté ?

Parler de l’anonymat des non professionnels blogueurs et éditeurs de sites Internet est-il pertinent ?

Cet anonymat est très relatif au regard de la législation actuelle qui oblige ces non professionnels à faire mention des éléments d’identification de leur hébergeur, ce dernier devant détenir leurs coordonnées personnelles qu’il ne manque pas de demander voire… de diffuser à la planète entière pour un de ma connaissance.

Alors, dans notre pays qui a donné naissance à l’Hadopi et qui veut passer aux yeux du monde comme l’un des champions de la lutte contre le téléchargement illégal de contenus faisant l’objet de droits d’auteur, est-il si difficile d’identifier un blogueur ou un amateur titulaire d’un site qui tiendrait des propos tombant sous le coup de la loi ?

Au lieu d’une telle proposition, il serait plus sérieux de faire appliquer le droit positif en la matière car je constate tous les jours, notamment, chez les éditeurs de sites professionnels, de nombreux manquements.

Publié par Jack D Le 21 - mai - 2010 Actualité Propriété intellectuelle/NTIC

Jusqu’ici, j’avais surtout appréhendé la relation entre le droit et le milieu artistique, notamment, au travers de la publication intitulé « 144 questions-réponses sur l’activité des artistes plasticiens » édité par le Centre national des arts plastiques, à laquelle j’ai consacré un billet au début de l’été.

Dans cette brochure, les auteurs répondent seulement à quelques questions se rapportant au droit et à la photographie.

Sur ce thème, vous pourrez désormais compter sur le nouveau blog de Joëlle Verbrugge tout à la fois juriste, blogueuse et praticienne, si je puis dire, étant elle-même auteur-photographe.

Droit et Photographie – Le blog de Joëlle Verbrugge

N’hésitez pas à aller le consulter tout comme son site Internet d’auteur photographe sur lequel vous découvrirez, notamment, de magnifiques clichés sur le pays basque et ses paysages somptueux, ses traditions, sa production locale typique avec en vedette les célèbres piments d’Espelette…

Publié par Jack D Le 7 - novembre - 2009 Actualité

C’est avec tristesse et regret que j’ai appris la décision d’un éminent juriste américain, William Patry, spécialiste du droit d’auteur de mettre un terme à son blog juridique «THE PATRY COPYRIGHY BLOG».

Pour ceux qui ne le connaissent pas, William Patry est donc un «lawyer» qui a, notamment, publié un traité en sept volumes «Patry on Copyright» sur le droit d’auteur américain. Après avoir longuement exercé à titre indépendant, il est maintenant juriste conseil, de haut rang, en droit d’auteur au sein de GOOGLE.

Dans un billet du 1er août, il annonce sa décision, 100% la sienne comme il l’écrit, de clore son blog qu’il avait ouvert il y a quelques années. Il fonde sa décision sur deux motifs.

Le premier tient à l’incapacité ou le refus d’accepter le blog pour ce qu’il est, à savoir un blog personnel. Il met en cause les paresseux qui pensent qu’il s’exprime toujours au nom de GOOGLE, ceux à des fins partisanes qui assimilent volontairement son blog à un blog de GOOGLE ou font savoir, comme dans un cas précis, qu’il est financé par GOOGLE auquel pourrait s’ajouter d’éventuelles autres sources et enfin, en tête de liste, ceux qu’il qualifie de «déments» qui n’ont pas d’existence par eux-mêmes et qui agissent seulement dans le but de porter atteinte aux vies des autres.

Le second, qui va résonner fort à nos oreilles lors des débats houleux à venir avec le contenu du projet de loi «HADOPI» rebaptisé «Création et Internet», vient de l’état actuel du droit d’auteur qu’il juge trop déprimant.

William Patry est un centriste. Il croit fermement que le droit d’auteur à doses appropriées est essentiel pour certaines catégories de travaux, particulièrement les films commerciaux, les enregistrements audios commerciaux, les livres commerciaux. Il pense, en matière de droit d’auteur, que les choses vont empirer et non s’améliorer.

Pour lui, le droit d’auteur a abandonné sa raison d’être : encourager l’apprentissage et la création de nouveaux travaux. Au lieu de cela, sa fonction principale actuelle est de préserver les modèles économiques existants qui ont échoué, de supprimer les nouveaux modèles économiques et les nouvelles technologies et d’obtenir, si possible, d’énormes bénéfices exceptionnels d’une activité qui non seulement ne nuit à personne mais qui est salutaire aux titulaires de droits d’auteur.

Une lumière disparait…

Publié par Jack D Le 7 - août - 2008 Actualité

Cette deuxième partie du mois de mai a été l’occasion d’un grand rafraîchissement pour JuriBlogsphere (changement de noyau, nouveau thème, nouvelles fonctionnalités…).

En effet, j’ai abandonné l’ancien blog basé sur le noyau «Nucleus», ce dernier n’étant pas assez protégé du «spam» bien qu’il y a quelques mois, j’ai fermé tous les commentaires des billets.

Ceci étant, la rubrique «commentaires» continuait à être inondée de milliers de messages vantant notamment des produits pharmaceutiques bien connus de couleur bleue…

Alors VOICI… WORDPRESS et sa communauté francophone dynamique !

Publié par Jack D Le 16 - mai - 2007 Actualité

J’avoue que cet article qui fait une double page du quotidien «Le Monde» du 7 avril 2006 (dans la rubrique «focus» les pages 24 et 25) est particulièrement intéressant et plaisamment illustré ce qui ne gâte rien !!

De quoi s’agit-il au juste ? DES QUINZE BLOGUEURS LEADERS D’OPINION SUR LA TOILE

Dans «DES QUINZE BLOGUEURS LEADERS D’OPINION SUR LA TOILE» – dont on pourrait discuter de la pertinence du titre, mais cela est une autre histoire ! – on apprend que les blogs seraient en France entre 6 et 7 millions et que certains sont devenus particulièrement influents.

Parmi ceux qui connaissent un fort trafic, le journaliste auteur de l’article, Olivier Zilbertin, en a sélectionné quinze qu’il qualifie «de leaders d’opinion sur la toile».

Dans le monde du droit qui nous occupe particulièrement, deux sont cités :

celui de Philippe Bilger, avocat général prés la cour d’appel de Paris, JUSTICE AU SINGULIER qui livre selon Olivier Zilbertin «ses réflexions très pertinentes sur l’état de la justice mais aussi sur les médias et la société»,

celui de «Maître Eolas», un pseudo utilisé par un avocat du barreau de Paris, auteur de JOURNAL D’UN AVOCAT, qui se définit comme passionné par son métier et amateur de flâneries sur le web.

A consulter donc ces incontournables…

Publié par Jack D Le 8 - avril - 2006 Actualité

Souscrire ici